Un papillon fut mon maître

Un papillon fut mon maître

Cet après-midi, un événement provoqua en moi un grand malaise .   J’ai regardé ce malaise en « étant avec », et j’ai compris alors que je ressentais une colère qui prenait toute la place et m’empêchait de poursuivre ce qui était en train de se vivre, ici aux Passeurs du Vent. Cette colère se dirigeait vers une personne.

J’ai décidé alors d’aller marcher à travers le causse pour prendre soin de moi et laisser surgir ce qui avait besoin d’apparaître au grand jour. En cheminant à travers landes, buis et rochers tout en gravissant la colline, je laissais sortir cris et chants.
Arrivé sur la plate-forme sommitale, je découvrais un large paysage avec les gorges de la Vis au premier plan et les lignes de crête des montagnes au loin. Je pris place en haut d’un gros rocher et m’assis. Je contemplais la colère. Son intensité me fit prendre conscience qu’elle était en résonance avec la colère du petit enfant qui revivait, avec ses émotions d’alors, une situation similaire.
L’apaisement commença à se faire.
Au bout d’un certain temps, je redescendis de la colline. Arrivé à la route qui mène au domaine du Caussanel, la route longeant d’un côté la forêt de pins, je ressentis le besoin d’aller explorer un coin de cette forêt jamais visité.
Je grimpais en suivant une probable sente de sangliers. Arrivé à une clairière, je me suis arrêté. Un papillon était en train de se chauffer sur une petite pierre, les ailes grandes ouvertes. Je l’ai remercié d’être là. Je lui souris.
J’ai compris son invitation à ouvrir mes bras. Mes bras suivaient les ouvertures de ses ailes. De temps en temps, il virevoltait et revenait se poser sur la même pierre ou sur une autre proche, parfois même sur une pomme de pin.
Je sentis mon esprit se calmer et mon cœur s’ouvrir. J’étais tout en gratitude pour lui. Je lui ai dit. A un moment même, il ferma les ailes tout en restant sur sa pierre. J’ai compris qu’il m’invitait à joindre les mains, près du cœur. J’étais en paix.

Il s’est envolé pour rejoindre un autre papillon et tous les deux sont partis vers la Vie. Et moi aussi.

 

4 Commentaires

  • Cher Marc,
    Je suis touchée par la force paisible qui se dégage de ce témoignage personnel. Touchée également par la belle intériorité du personnage principal, le papillon bien-sûr 😉 !
    Très beau site internet, tant par son visuel que par la qualité de son contenu.
    Heureuse d’avoir fait la connaissance hier du compagnon de promenade du papillon.
    A n’en pas douter, un homme de qualité.

    • Marc Weller

      Merci pour votre message que je découvre aujourd’hui. Je serai plus vigilant désormais. J’espère que vous me pardonnez.
      Je suis touché pour ce que vous me renvoyez.
      si vous êtes de passage sur cette terre du causse, n’hésitez pas à me faire signe.
      Marc

  • dita

    Je peux m’imaginer facilement ce parcours – merci Marc pour ce témoignage.

    • Marc Weller

      Merci Dita. Au plaisir de te revoir.

Laisser un commentaire