La biographie de Bruce Springsteen

Assis dans un hall de gare dans l’attente d’un train pour Nîmes, je viens de lire un long article sur Bruce Springsteen*, surnommé le Boss, à l’occasion de la parution de son autobiographie « Born tu run ».
Je ne connaissais de lui que certains de ses succès en ne retenant que la musique et certains mots (« Born in the USA » !), mon niveau de compréhension de l’anglais à l’oral étant limité. Cet article m’a mis en contact avec l’homme, son histoire, sa belle humanité.

Ce témoignage parle d’un chemin de vie, d’une individuation visible à travers le texte de ses chansons, de ses engagements sociétaux et politiques. D’une maturation progressive soutenue par une connaissance de soi de plus en plus fine grâce à un travail psychothérapeutique. J’ai été touché aussi par la vérité de sa parole : sur sa dépression « une force puissante avec laquelle il doit composer, tant pour travailler dur à me délivrer des forces noires et des fantômes que pour avancer avec elle ». Et puis, une phrase qui exprime bien à mes yeux ce que veut dire cheminer : « Etre en paix avec soi-même, c’est un job à plein temps qui se fait au jour le jour … J’ai tiré de dures leçons des démons dont souffrait mon père mais je lutte toujours avec certaines choses et je m’interroge sur ma vie ».

Un chemin qui ouvre sur l’amour de soi et l’amour des autres, qui fait de nous des passeurs.

* L’OBS du 29/O9/16

la photo est tirée du Livre Rouge de C.G.Jung et illustre le processus d’individuation.

Laisser un commentaire