Une aide individualisée pour comprendre et vaincre le burn-out

3 200 000

millions de Français

Marc Weller, fondateur des Passeurs du Vent, accompagne, en séjour de ressourcement individuel, les personnes touchées par le burn-out.

Le burn-out est le mal de notre siècle, et peu de grandes entreprises y échappent. Le syndrome d’épuisement professionnel, communément appelé burn-out, guette 3,2 millions d’actifs en France, selon une étude publiée en janvier 2014 par le cabinet de prévention des risques Technologia. Spécialisé dans le conseil et la souffrance au travail, ce dernier lance un appel pour la reconnaissance de ce syndrome par les autorités et tente d’alerter le gouvernement.

Mais sait-on vraiment ce qu’est le burn-out?
Savons-nous reconnaître le burn-out?
Que faire en cas de burn-out?
Et surtout, comment s’en sortir?

« Mon expérience auprès de personnes ayant été consumées m’a appris que le fait majeur au cœur du burn-out est ignoré et de ce fait rend difficile et incomplet le retour à une vie riche et pleine.

Depuis quelques années, j’accompagne également les personnes sujet au burn-out. Mon accompagnement prend appui sur cette première expérience :

Lorsqu’une DRH (appelons-la Julie) m’a contacté six mois après avoir été victime de ce syndrome, sa demande angoissée était que je l’accompagne pour la reprise de son travail. Touché par la confiance de Julie qui s’adressait à moi pour la première fois pour elle-même, je lui ai proposé un accompagnement que j’avais déjà mis en oeuvre pour des collaborateurs de son entreprise, un bilan de carrière et d’évolution.

 

 

Ma pratique s’appuie sur une longue expérience de consultant en organisation, de coach et également sur un vécu d’une formation de psychothérapeute psychocorporel, ce qui m’a conduit à intervenir dans la prévention des risques psychosociaux (RPS). Un cheminement spirituel laïque de connaissance de soi en a été et reste la colonne vertébrale.

Le premier entretien fut décisif. J’ai réalisé à travers ce qu’elle me disait et ce que je percevais qu’elle n’était pas en mesure d’entreprendre un travail cognitif sur un futur professionnel. Ce qui avait été touché en elle était plus vaste et concernait bien davantage que le volet professionnel : la Vie avait été arrêtée. La source en était tarie. Le burn-out est un destructeur de vie.

Julie et moi avons cheminé pendant six mois environ à faire surgir le flux vital. Quel flux ? Nous ne le savions pas puisqu’il s’agissait de faire naître, et non renaître, une source de vie qui ne peut jamais être arrêtée, la sienne propre.

 

Ce fut un parcours qui fit appel à une pratique de l’art auprès d’une artiste capable d’accompagner au niveau de l’être, à un travail psychothérapeutique avec un confrère, à l’exploration des potentiels sensibles, corporels et cognitifs : toutes les dimensions de la personne ont été sollicitées pour que le germe de vie puisse éclore. 

Lorsque le flux vital a recommencé à couler avec suffisamment de force, Julie fut alors en capacité d’entreprendre un bilan de compétences avec une consultante. Julie avait alors retrouvé son énergie propre et continua par elle-même ce parcours d’exploration d’elle-même et de libération. De temps en temps, nous nous parlons au téléphone. 2 ans après son burn-out, elle fut en mesure de Vivre sa vie. »

 

 

Chaque séjour de ressourcement est individualisé. Il prend appui sur une approche systémique. Ceci afin de faciliter votre perception de ce qui s’est joué et qui tend à se répéter dans votre Vie. Par conséquent, cette approche individualisée aide à élaborer les étapes d’un accompagnement personnalisé.

Le burn-out, une convocation à devenir Soi

Ces quelques mots de l’auteur Loïc Raynal, tiré de son roman Péninsule, permettent de comprendre que le burn-out porte, en fait, un message :

« Le burn-out relève avant tout d’une problématique identitaire. D’une philosophie mort-née, d’un idéal empêché, d’une étoile éteinte (…). Pour être allé très loin (dans le doute et le questionnement, le plus loin possible à l’intérieur de moi), j’ai vécu cette expérience comme un jugement final.

Que décides-tu ?

T’arrêter là ?

Mourir ou continuer et décider de vivre ?
Ainsi, ai-je « découvert » que vivre relève d’une décision. Le burn-out est une convocation à devenir Soi. Il appartient à Soi de décider. De vivre. Et de décider de sa vie, de son sens, de sa valeur et d’accepter ses limites, ses doutes, sa vulnérabilité. »

RAYNAL, Loïc. Péninsule, éd. Loïc Raynal, Dijon, 2013, 145 p.

Contactez-nous pour un premier entretien téléphonique au sujet de votre besoin d’aide pour vaincre le burn-out.

Share This